swing












.Vous pouvez contacter Carmine
.mail@carmineghersi.net
.Ou contacter le webmaster à
.webmaster@carmineghersi.net

.Carmine possède un site Myspace
.à cette adresse:
.www.myspace.com/carmineghersi
.Son groupe Sunblood en possède un également:
.www.myspace.com/sunbloodrock







............


Rico Raja

Dans la famille de Rico, tout le monde ou presque est musicien, pas étonnant donc à ce que très jeune le petit Rico suive la voie tracée par ses ainés ! Le plus dur dans un tel environnement, c’est de trouver son instrument. Il débute avec l’apprentissage du saxophone alto au conservatoire d’Allonnes mais se tourne assez rapidement vers la guitare, entraîné par ses sœurs qui chantent les succès de Brassens, Brel, Le Forestier ou encore les Beatles, Pink Floyd et Neil Young. Le mimétisme à joué son rôle et Rico ne s’en plaint pas.


Sur la route

A l’adolescence, Rico possède déjà un répertoire et le présente ça et là, cheminant sur les routes de France, une guitare acoustique en bandoulière. Il s’arrête sur les plages où il laisse à entendre ses arpèges alors même qu’il s’adonne volontiers au finger-picking, technique de jeu avec les doigts. Et puis au détour d’un cinéma, ce sera la révélation avec le festival de Woodstock. Ce sont des choses qui marquent, des choses qui vous transforment la vie d’un musicien. Certes, Rico n’oubliera pas ses premières amours, le folk et le blues, mais désormais sa vie musicale sera… électrique !

Des décibels !

C’est fort d’une révolte interne et adolescente que Rico forme avec quelques copains son premier groupe « Dynamic Fusion », groupe dans lequel l’influence de Jimi Hendrix ne se retrouve pas que dans la musique… La qualité n’était peut-être pas toujours au rendez-vous mais la rage et l’énergie oui, les spectateurs ne suivent pas toujours leurs incursions dans des méandres musicales inusitées, qu’ils suivent parfois de manière involontaire. Quelques anecdotes ont émaillé les concerts de cette époque. Lors de son premier concert dans sa ville, devant plus de 2500 personnes venues assister au gala annuel organisé par la municipalité, en première partie d'Hugues Aufray, le groupe dut convaincre avec férocité l'ouvreur de ne pas tirer le rideau rouge en plein spectacle. Alors dans un élan de commisération ultime et connaissant son goût prononcé pour le rockabilly, le groupe entama un Chuck Berry du tonnerre rien que pour le tireur de rideau !

L'homme ne resta pas de marbre et à l'évocation de ses belles années il osa laisser libre cours à la créativité du groupe. Quelque temps plus tard, une scene analogue allait arriver au théâtre de la ville quand le batteur du groupe, en retard, allait débouler en plein concert alors qu'un autre avait pris sa place au débotté. "Attendez-moi, j'arrive" avait-il crié benoîtement du fond du plateau. Il s’ensuivit un spectacle surréaliste avec deux batteurs frappant leurs peaux en parfait décalage ! L'organisateur de la soirée ordonna illico l'arrêt du concert prétextant que c’était inaudible. C'était bien sûr sans compter sur l’agent municipal qui encore une fois laissa le rideau ouvert !

Il fallait y penser


Pas moins de trois guitares au sein de ce groupe et lors d’une interview, un journaliste demande qui joue de la basse… Silence gêné car il fallait évidemment une basse pour équilibrer le son du groupe. Décision est prise, ce rôle incombera à Rico ! La basse de ses débuts, Rico la conserve amoureusement, elle symbolise le grand tournant de sa carrière musicale. Lorsque le groupe se sépare, Rico continue la basse et il s’initie à divers styles comme la samba, l’afroklezmer, le funk, le jazz, etc. Il rencontre moult musiciens de toutes origines et toutes cultures, restant cependant toujours un pied dans le blues, fidélité oblige ! C’est alors que grâce à son ami JeanBa Laya il rejoint le groupe Sunblood. La gratte hystéro-Hendrixienne de Carmine l’Indien et le tambour battant d’Eric le Blanc auront gain de cause, leurs destins sont liés.